VAGABONDS
Un essai photographique sur le voyage


Quelques heures en attente d’un bateau improbable, le promeneur s’évade.


Accroché à son seul sac-à-dos, il se perd et se retrouve dans son dénuement.


Au voyageur de l’âme, une poignée de semaines suffisent à larguer les amarres.